• Explore Action

    Formations - Coaching

  • Explore Action

    Formations - Coaching

  • Explore Action

    Formations - Coaching

La nature en général est ce qui me reconnecte avec moi-même de manière privilégiée. Elle nous rend ce que la société nous a confisqué, la complétude. Dans la nature, je n’ai plus de manque ni de besoin, je suis dans l’ici et le maintenant, c’est tout.

Le désert est un endroit qui m’est cher. Lors de mes nombreux voyages dans différents déserts du monde, j’ai pu connecter avec cette énergie primaire, ce contact avec la terre et le ciel. Dormir à même le sol, avec la Terre comme oreiller et le Ciel comme couverture…
Le désert, c’est aussi l’expérience du dépouillement, de la nudité. De la contemplation, du silence mais également de l’observation, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, dans les déserts, il y a comme partout sur la Terre, du mouvement et de la transformation…

passions

Ma grande passion depuis tout petit, c’est la montagne sous toutes ses formes et essentiellement celle de l’alpinisme.J’ai eu la chance, depuis très jeune, de visiter de nombreux massifs à travers le monde et de ces expériences, je retiens ceci :

  • Gravir une montagne,c'est ne plus se poser la question du sens de la vie, mais être.
  • C'est quitter le rêve, les récits, les projets, le futur ou le passé, c'est rentrer dans l'action et faire l'expérience de manière extraordinaire de la liberté.
  • C'est la lenteur, l'harmonie entre le corps qui travaille, comme un métronome et l'esprit qui est libre et serein. De cette harmonie nait une grande concentration. L'engagement est total.
  • Grimper une montagne, c'est descendre en moi-même.

Car la montagne, c'est aussi le silence.  Dans ce silence, au-delà de mon souffle corporel, si j'écoute bien, je peux aussi entendre le souffle de mon âme. D'habitude, la conscience est limitée par le champ des pensées. Quand le silence coule, s'intériorise, ce champs s'élargit et suggère l'infini.

Mais la montagne, c'est aussi  le vide, et me confronter à ce vide, c'est me confronter à mon propre vide intérieur.  Quand je franchis ce pas, je passe comme un seuil et je fais l'expérience du « lâcher-prise », si exceptionnelle parce qu'elle implique une telle foi en la vie. Le vide me comble, s'il l'on peut dire, car c'est grâce au vide que peut se faire la transformation. Le vide, ce n'est pas le néant...


En savoir plus sur ma passion et mon expérience de la montagne ?

Visitez mon site http://4000desalpes.eu/

Licencié en Philologie Germanique, j’ai enseigné les langues une quinzaine d’années...

Mon parcours de formation

Quelques idées essentielles, issues de mes apprentissages, de mes partages, de mes expériences, de mes observations…

Mes croyances